Les afghans, ils s'en foutent, ils peuvent déjà pas nous blairer...

Publié le par yoye-2000

je viens de tomber sur un truc formidable dans Libé.
Je cite

"Le ministre colombien des Affaires étrangères Fernando Araujo a protesté jeudi à Bogota contre le texte d’une chanson de Carla Bruni, l’épouse du président Nicolas Sarkozy, évoquant la cocaïne colombienne.

«Tu es ma came/Plus mortel que l’héroïne afghane/Plus dangereux que la blanche colombienne», chante Carla Bruni dans son dernier album, qui doit sortir le 21 juillet."


C'est notre DG qu'elle évoque en ces termes ???
Eeeeeeeeeeehhh ben.
L'est propre, la France.

«Dans la bouche de l’épouse du président français, cette affirmation est très douloureuse pour la Colombie», a affirmé le ministre colombien.

Normalement les affirmations, c'est pas dans la bouche que c'est douloureux mais dans, enfin bon bref...

Toujours est-il que je me suis demandé pourquoi le type s'agaçait :
- parce qu'elle disait que la coke était dangereuse (il me semblait pourtant qu'il était reconnu qu'il y avait certaines contre-indications à sa consommation)
- ou parce qu'elle la comparait à Sarkozy ( c'est vrai que d'un point de vue marketing, la métaphore tient un peu du sabotage, puisqu'elle sous-entend que la colombienne serait riche de promesse de changement et de visions extraordinaires, mais se révèlerait complètement inefficace à l'usage).


Par ailleurs, si je peux me permettre ce petit mot à Carla qui je sais est une lectrice assidue de ce bougue : dis, ma grande, tu serais pas un peu fatiguée là, non? Il t'épuise le petit nerveux ? enfin....! t'as piqué ces paroles à qui ? Julien Clerc ? Obispo ? ou alors c'est une inédite guitare hurlante de Ludwig von 88 que je ne connaissais pas?



http://next.liberation.fr/article/une-chanson-de-carla-bruni-choque-la-colombie

Publié dans Un monde formidab'

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

chamou 13/06/2008 15:02

Ben ... Comment qu'il a eu les paroles, lui ???

Citation :
"On y retrouve les sortilèges d'une voix fragile et dense, le sens mélodique très singulier d'une compositrice à la confluence des évidences folk et du lyrisme français", juge le critique musical du Figaro, Bertrand Dicale, qui le qualifie de "bel album d'une belle maturité".
"